Le Nord-Ouest


Falasarna

(Ou "Phalasarna")

Falasarna se trouve à l'extrême nord-ouest de la Crète.


Ce village, ancien, possède quelques ruines appelées "Ancient Falasarna".

Falasarna aurait été un ancien repaire de pirates qui ont réussi et fait fortune.

Leur ville fut détruite par les Romains en 67 avant JC. Les écrits parlent d'un port fermé et artificiel sculpté dans un lagon et entouré de fortifications et de tours. Falasarna était une puissance maritime. Le port était la raison de l'existence de la ville, la source de sa richesse.

La plage de sable aux eaux turquoises est relativement sauvage, et la nuit, le village est presque désert.

La plage de Falasarna a été classée, selon un sondage CNN, parmi les 100 meilleures plages du monde.


Mercredi 31 Août 2005

Hania. Debout, petit déjeuner en face de l'hôtel, où l'on retrouve le papa de Guillaume et sa troupe, et nous partons pour Kissamos où nous avons décidé de loger afin de pouvoir faire la croisière autour de la presqu'île de Gramvoussa.

La voiture n’a pas bougé de son parking au pied de la muraille. Mais sortir de Hania, on y arrive quand même après avoir un petit peu erré. On passé devant la plage de Hania qui se trouve bien en avant de la ville et qui est une longue plage de sable, tout compte fait pas si moche, alors que j’avais lu qu’elle n’était pas terrible. Bon, il y a beaucoup, beaucoup de vagues.

Au lieu de prendre "l'autoroute" on prend la Nationale, qui nous fait traverser une enfilade de villages très balnéaires et remplis de touristes.

On arrive au niveau d'une première presqu'île, et là on s'est engouffré vers le panneau "Ancient Road". La route n'est pas terrible. Moi je propose de faire demi tour et de prendre la "New Road" plus sûre. On nous a dit par la suite que la vieille route était tout de même praticable.

On arrive à Kissamos que l'on appelle aussi Kastelli ou Kastelli-Kissamos... très moche. On doit aller repérer où se trouve l'embarcadère des croisières pour Gramvoussa. il se trouve au port de Kissamos. Mais ce port, qui se nomme "limani" sur ma carte (le mot "port" en grec), se trouve à 1 Km de la ville de Kissamos. Nous y arrivons, il y a un très fort vent et on nous dit qu'aujourd'hui les bateaux ne sont pas partis (le départ des premiers est à 10 hres), à cause du vent. Ça promet, pourvu que demain ils partent.

Nous arrivons à Falasarna. beaucoup de vent aussi. une vue de la route sur la mer fantastique, des tons de bleus dignes de la Polynésie comme on lisait avant de partir.



Nous cherchons un logement. le premier qui apparaît, en hauteur se nomme l'Aquamarine. Nous visitons, la chambre double, douche WC deux lits coûte 25 €.

Nous allons voir le suivant, aussi en hauteur, qui se nomme le Golden Sun, même prix, 25€, mais la chambre nous semble plus spacieuse du fait qu'il y a une petite terrasse devant (elle est en rez-de-chaussée) et que le jardin est très verdoyant et très fleuri. La propriétaire est sympa. Nous choisissons de rester là.

Golden Sun
Phone: 28220 41 485 (summer) 28220 41 2
http://www.hotelgoldensun.net
Other Contact: http://www.kissamos.net/hotelgol
25 € private bathroom
no AC
no fan
Family rooms apartments Antonis
in the back of the village.
main road, and look towards the hill on your right
There is a road that climbs





On va déjeuner (il est bien tard, on crève de faim). Là aussi, on est allé jusqu'au bout du village, pas bien grand, mais la voiture est utile, car c'est une rue en longueur qui longe la mer, en hauteur. Je mange une salade grecque.

Puis on va faire notre première plage. Notre propriétaire nous avait dit de ne pas aller à la grande plage du village, mais à la deuxième, la petite, moins dangereuse (il y a du vent !). Là sont installés des dizaines de parasols et de transats matelas...

Ah dès qu'on arrive le plagiste nous saute dessus. Que faire quand il est plein 3 hres de l'après-midi, et que le soleil cogne à plein, et qu'il n'y a aucun arbre sinon... se décider de louer un lot : two beds one umbrella = 5 €. Et si on est tout seul, pas d'option c'est "le lot".

L'eau est d'une couleur turquoise magnifique mais ... froide. Et il n'y a pas de fond. J'arrive en allant un peu plus loin à pouvoir nager sans trop racler. Evidemment que ce sont des plages idéales... pour les enfants. Nous faisons d'ailleurs connaissance avec un Polonais, grâce à son bébé qui court vers nos transats, et qui se nomme Nicolai.



On passe au supermarché (il y en a plusieurs) et on trouve que c'est hyper cher. On ira dans d'autres, pareil. On compare surtout au prix de l'eau minérale. du coup on prendra l'habitude (puisqu'on a la voiture) d'acheter des packs de 6 bouteilles, car le prix de l'unité est bien plus cher.

Ancient Falasarna

Nous allons à pied essayer d'aller jusqu'à ce qu'ils appellent "Ancient Falasarna" c'est à dire les restes en ruines de la ville antique, parce qu'on nous a dit que c'était une piste et qu'avec la voiture, bien, la fille nous a bien précisé qu'il est écrit dans le contrat de location" assurance... en dehors des pistes de terre". Nous croisons nos premières krikri, ces chèvres sauvages de la Crète.


Falasarna aurait été un ancien repaire de pirates qui ont réussi et fait fortune.
Leur ville fut détruite par les Romains en 67 avant JC.

Falasarna était le port de l’ancienne Polyrhinia. Son port était enfermé et entouré par les murs, et connecté à la mer par un seul canal. Aujourd’hui le port et le canal ont donné une voie à l’agriculture, puisque les terres laïques se trouvent à approximativement 5 mètres au-dessus. La mer est à 100 m de l'ancien port. L'acropole est construite à 90 m au-dessus du port.

La plupart de ces structures ont été révélées par des fouilles qui ont débuté en 1986.

Les vestiges actuellement visibles de la ville ont été construits autour de 333 av. J.-C. et comprennent plusieurs imposantes tours de grès et des bastions, avec des centaines de mètres de fortifications qui protègent la ville et un port fermé, ce qui signifie qu'il est protégé de tous côtés par les murs de la ville.

Les ruines qui demeurent sont une partie des murs de la ville ainsi que les murs cyclopéens, des citernes, des puits et des tours de surveillance qui auraient pu servir à protéger les voies maritimes.

On voit les fondations des maisons et les restes du temple dédié à Artémis (la déesse Dictynna) ou Apollon.


Seulement, le soleil va bientôt se coucher, et le chemin nous paraît... long, après 30 minutes de marche. Nous croisons plusieurs voitures (de location) qui nous doublent et qui s'y rendent, empruntant la piste de terre. nous décidons donc de revenir sur nos pas et d'y aller en voiture en allant doucement.

Et nous y arrivons. Il n'y a vraiment pas grand chose comme ruines, quelques centimètres de hauteur, des pierres. mais la couleur des pierres au coucher du soleil est assez jolie.



Nous rentrons nous doucher et ressortons pour chercher un restaurant. Le soir le village est presque désert. Après plusieurs visites de restaus assez vides, ou trop plein (il y a un hôtel "très confortable" quand même), nous retournons à notre restau du midi, le dernier sur la route du village. Et à nouveau je mange un filet d'espadon grillé / frites avec la cuvée vin blanc de la maison.





DIAPORAMA

Vous pouvez choisir soit le diaporama manuel (flèches) soit automatique (start)