Le Nord-Ouest


Hania

Lundi 29 Août 2005

On arrive vers 18 hres. C'est pas très tôt pour trouver un hôtel, mais quand même pas trop tard. On se dirige vers les murailles ouest avec la voiture car j'avais lu qu'il y avait un parking... gratuit. En effet, au pied des murs, des tas de voitures stationnent. On laissera là la voiture tout le temps de notre séjour à Hania, tout se faisant à pied.



La rue Theotokopoulou, "la" rue des hôtels, que l'on redoutait tant, imaginant une enfilade d'hôtels pour routards, débouche exactement là où nous avons garé la voiture. Quelle aubaine, on n'aura pas à traîner les sacs trop loin. (à pied). Elle n'est pas déplaisante du tout cette rue. On est dans le vieux quartier, beaucoup de charme, et personne pour nous aguicher aux portes des hôtels comme on aurait pu imaginer d'un coin tant fait pour les touristes.

On avait choisi dans le guide du Routard l'hôtel Casa di Pietra parce qu'ils disaient que c'était une vieille maison pleine de charme, et que le patron était un vigneron très sympa qui vous faisait goûter son vin.

Quand on arrive devant l'entrée de l'hôtel, le patron était... assis au café d'en face (en fait la pâtisserie où nous prendrons les petits déjeuners) et se précipite. Il nous montre une chambre, parfaite, spacieuse, avec petite terrasse en haut d'un escalier-échelle, et qui donne donc sur l'arrière, le calme. Le prix en est de 40 €. Nous acceptons immédiatement car nous avions reçu maintes réponses à des mails envoyés à d'autres hôtels de Hania qui proposaient le même tarif.

Mais il nous dit que nous devrons changer de chambre la 2 ème nuit, car celle-ci est réservée le lendemain. Un peu ennuyeux. Nous visitons l'autre chambre, pas mal non plus et calme aussi. Nous acceptons le deal.

Notre Hôtel à Hania




Hotel Casa di Pietra
37 Theotokopoulou st.
Tel : 6978039574
40 € la double AC
http://www.chania-guide.gr

Très près du parc de stationnement, derrière le mur ouest de la ville.
Dans la rue où se trouvent la plupart des hôtels "routard".
On est derrière le vieux port.

Very close to the car park behind the west wall of the city.
In the street where most of the budget hotels are.
Behind the Old Harbour.


Petit balcon un grand lit + un petit lit
Choisir une chambre qui donne sur les cours et pas sur la rue.

Nous allons faire un petit tour de la vieille ville pour nous repérer. Charmant, très belle. On est à deux pieds du Vieux port, la photo que l'on voit partout représentant Hania. La ville, le port, sont magnifique, les couleurs rouges qu'ils prennent au coucher du soleil, oui, c'est exactement comme je l'imaginais.


À l'emplacement de Hania s'élevait la cité antique de Kydonia près du port vénitien. Les premiers habitants de la ville remontent à l'époque néolithique, mais Kydonia devint une ville majeure grâce à l'invasion romaine, et une rivale de Gortyne.

Après avoir été successivement occupée par les Grecs, les Romains, les Byzantins, les Sarrasins, puis à nouveau les Byzantins, la Canée fut acquise par Venise en 1252. Les Vénitiens baptisèrent la ville Canea et en firent la capitale de l'île. Ils bâtirent deux ports et entourèrent la cité de puissantes fortifications. La présence vénitienne se prolongea pendant quatre siècles.

En 1645, la Canée tombe sous le joug des Turcs et ensuite toute la Crète. C'est seulement en 1878, que la Crète devient autonome sous le gouvernement du prince Georges de Grèce. En 1913, Eleftheros Venizelos fait proclamer le rattachement de la Crète à la Grèce. La tombe de ce grand homme politique se trouve à Chania en bord de mer, tournée vers la Grèce.




Pour dîner, après avoir erré dans les ruelles à la recherche d'un restau pas trop touristique, nous optons par le petit restau qui se trouve au début de notre rue, le Kalvrepimi, un endroit très simple, quelques tables et chaises dehors, et nous y reviendrons chaque soir, tellement c'était sympa et bon, et pas cher.


LE PETIT RESTAU :

Kalvrepimi
Teotokopoulou st n°53
Phone: 28210 92228


On prend une salade grecque et une moussaka (pas moi) qui parait il était excellente.
La bière se vend en 500 ml. le repas m'a coûté 7,50 €.


Mardi 30 Août 2005

Réveil à... 8h45. pas mal. J'ai très mal dormi. On prend le petit déjeuner dans le café en face de l'hôtel. Très sympa. je prend un café nescafé, très bon, (pas du café grec !) et une milapita, cad un gâteau feuilleté fourré de pommes, qu'on me fait réchauffer, délicieux.



C'est vrai qu'on traîne un peu ce premier matin, et on ne part à la découverte de la ville qu'à 11hres.

Direction le côté Est du port cad la partie qu'on dit la plus ancienne. Là, on abandonne un peu le côté touristique. Moins alléchant comme décors monumental, mais quand même quelques beaux monuments, églises ou arsenal. Mais surtout une petite place très agréable, la place 1821 (lieu d'un martyre religieux, petite pancarte commémorative) où ''on boit quelque chose au milieu... des Crétois. Puis direction le phare et les arsenaux.



Ensuite un passage vers la ville moderne, avec le bruit, le grand marché couvert, la circulation. rentrée très fatiguée vers 15h30.

Le patron de l'hôtel offre très gentiment une bouteille de vin blanc (que je compte rapporter en France) et nous dit qu'on peut goûter à celle qui se trouve sur le réfrigérateur. Oui il y a une bouteille de vin dans chaque chambre. j'y ai donc goûté, en fin de journée, c'était du rosé, mais tellement mauvais... que je n'en ai pas bu plus qu'un demi verre.

Un peu plus tard après un peu de repos dans la chambre (la nouvelle, celle de l'étage au dessus) qui a une jolie petite terrasse, petite mais avec table et chaise, et complètement isolée de tout vis-à-vis, nous allons sur le port assister au coucher du soleil et prendre des photos de ces magnifiques couleurs rosées que prennent les maisons. On passe un moment à un café et je prends une bière face à la mer.






Puis repas au même restau qu'hier. Cette fois-ci je me tente pour le swordfish (l'espadon, mais c'est écrit en anglais), frites et vin blanc local, servi dans une petite jarre en fer blanc qui le conserve merveilleusement frais. Il semble que c'est une vieille tradition de servir le vin dans ces pots-là.

Il y avait en fond sonore de la musique moderne, de la variété, pas de la musique traditionnelle, qui a attiré mon oreille tellement c'était joli. Je suis allée demander à ce que c'était et ainsi j'ai découvert la chanteuse Eleuftheria Arvanitaki que j'aurais dû connaître puisqu'on m'a dit qu'elle avait chanté lors de la cérémonie de clôture des Jeux Olympiques d'Athènes, et que j'ai regardé cette cérémonie retransmise à la TV en France (et ailleurs) et une autre qui se nomme Xapis Alexiou que j'ai prise pour un chanteur homme.

J'ai aussi posé la question : "mais comment fait-on pour écrire en lettres grecques sur un clavier d'ordinateur. J'ai appris que les claviers en Grèce avaient des lettres hautes et basses avec les caractères latins... ou... grecs. je le verrai quand je serai dans un cyber café.

Ce soir là il y avait à côté de notre table un groupe de touristes français, qui était venu dîner là également la veille. je les avais remarqués parce qu'il y avait un petit garçon tout blond, (Guillaume) qui parlait beaucoup, et faisait des essais pour parler les mots grecs. Cette fois-ci je l'ai abordé et lui ai demandé s'il savait comment on disait... au revoir en grec. Et de là nous avons tous discuté. Le papa, qui venait de l'Ardèche était accompagné de sa compagne, de son fils à lui, et d'un ami. Cela faisait la 4 ème fois qu'il venait en Crète et la 8 ème fois en Grèce en tout. Nous les rencontrerons plusieurs fois, par le hasard lors de la première semaine, dans d'autres lieux, car eux ne voyageaient qu'une semaine.



DIAPORAMA

Vous pouvez choisir soit le diaporama manuel (flèches) soit automatique (start)