Outil de traduction gratuite de site Internet
by FreeWebsiteTranslation.com

Jordanie 2004

22 Août - 1er Septembre 2004


Ses paysages sont parfois grandioses, je parle principalement des montagnes, et de la vallée du Jourdain.

Question paysage, c'est plus beau et plus varié que la Syrie. Oui je vais sans cesse comparer car pour moi ces deux pays sont une continuité à la fois dans la géographie, la culture, et l'Histoire.

La Jordanie s'appelle officiellement le "Royaume hachémite de Jordanie" (en arabe Al-Urdunn). Les Hashémites sont les descendants du Prophète via Fatima, sa fille, et Ali, son gendre.

Sa capitale est Amman.

Son territoire est entouré à l'ouest par la Palestine et Israël, le long du Jourdain et de la mer Morte, au sud par l'Arabie saoudite, à l'est par l'Irak et au nord par la Syrie, avec en outre un accès sur le golfe d'Aqaba, celui-ci communiquant plus au sud avec la mer Rouge.


La Jordanie est une monarchie constitutionnelle dont l'actuel souverain est, depuis le 7 février 1999, le roi Abdallah II, né le 30 janvier 1962 à Amman, dont l'épouse est la reine Rania.

QUELQUES POINTS D'HISTOIRE : ICI


La capitale Amman

J'ai beaucoup aimé la ville d'Amman qui est étagée sur sept collines. On voit les maisons agrippées aux collines, des escaliers gigantesques pour aller jusqu'aux maisons. Le centre ville qui est dans la ville basse, n'a pas grand intérêt : de la circulation, quelques mosquées pas terribles, et pour tout monument un Théâtre Romain bien conservé (mais que je n'ai vu que de nuit).

Parmi les paysages les plus beaux

La vallée du Jourdain. Notre accompagnateur faisait une fixation sur l'idée d'aller à la frontière israélienne. Ce que nous avons fait à deux reprises.

La 1 ère fois à Um Quais. Là où, du site archéologique romain on a une vue splendide mais lointaine (il y avait de la brume de chaleur) sur le sud du Lac de Tibériade.

La 2 ème fois quand on est allé, alors là vraiment à la frontière, au bord du fleuve, où se trouvaient toutes les guérites de surveillance côté Jordanien, et côté israélien : une falaise. La rive jordanienne toute plate, la rive israélienne : une falaise. Les militaires nous ont laissé nous approcher à condition de ne pas avoir d'appareil photo en main.

Les montagnes sont magnifiques : celles de Petra (eh oui) et les panoramas sur toutes les chaînes qui constituent le plateau central. Le Wadi Mujid, le Wadi Musa, le Wadi Hassa. Wadi, ça ne veut pas dire montagne mais Vallée. Évidemment tous les fleuves étaient à sec à cette époque de l'année.

Dana ça ne vaut la peine que pour qui veut randonner dans la montagne. Le paysage est joli : un tout petit village (il est si petit...) au creux d'un cirque de montagne. Mais rien à y faire. Comme moi je n'ai pas voulu randonner, j'ai perdu une journée à rester à l'hôtel.

LE CIRCUIT

1er JOUR : Dim : Paris-Amman
2e JOUR : Lun : Amman - Les châteaux du désert
3e JOUR : Mardi : Jerash - Ajloun - Um Queis
4e JOUR : Mercr : Vallée du Yarmouk et du Jourdain.
Mer morte. Mont Nébo, Madaba
5e JOUR : Jeudi : Madaba, Wadi Mujib, Kérak, Dana
6e JOUR : Vend : Dana
7e JOUR : Sam : Shoback, Pétra
8e JOUR : Dim : Pétra
9e JOUR : Lun : Pétra
10e JOUR : Mardi : Pétra
11e JOUR : Mercr : Petra-Wadi Rum par bus régulier.
Nuit sous la tente bédouine
12e JOUR : Jeudi : Wadi Rum - Aqaba
13e JOUR : Vend : Aqaba
14e JOUR : Sam : Aqaba-Amman par bus régulier
15e JOUR : Dim : Amman-Paris



Pour moi le voyage s'est arrêté à PETRA.
Le 11 ème jour, 1er septembre, au lieu d'aller dans le Wadi Rum, j'ai été rapatriée en France par Europ Assistance.

LES SITES

Les châteaux

* Les châteaux fortifiés

Ils sont moins spectaculaires que les châteaux syriens comme le Krak des Chevaliers ou le Château d'Aladin. En Jordanie, ils sont moins imposants et beaucoup plus en ruines.

* Les châteaux du Désert dans les environs d'Amman

C'est surtout le Qasr Al Amra qui m'a marquée parce qu'on y voit en grande quantité des représentation de la figure et du corps humain (même dénudé) alors qu'on a comme idée reçue que l'Islam a de toujours interdit la représentation humaine : FAUX. C'est à partir des Abbassides que cette interdiction a été créée, mais elle n'existait pas dans le Coran.

Les mosaïques

J'ignorais que la Jordanie était si spectaculaire par ses mosaïques et surtout au niveau de leur ancienneté donc de leur témoignage unique de ce qu'était le monde d'autrefois. Elles sont par ailleurs artistiquement magnifiques.

C'est autour de Madaba que se situe la région la plus significative de cette expression artistique. Madaba, est une ville très sympathique, très vivante. Il faut lui reconnaître qu'une grande partie de sa population est Chrétienne, ce qui peut expliquer l'ambiance accueillante. D'après ce qu'on nous a dit dans la rue, (les Chrétiens), la communauté musulmane ne serait pas aussi tolérante que la chrétienne.

Les villes romaines

* Jerash

marquée 3 étoiles tout comme le site de Petra. les deux grandes merveilles qui valent le détour par la Jordanie. OUI, ça vaut la peine.

Le site de Jerash est très grand, beaucoup plus imposante que Apamée en Syrie, mais entre Jerash et Palmyre, mon coeur balance vers Palmyre, parce qu'à Palmyre il y a les sensations, et les couleurs que prennent les colonnes au soleil couchant. Palmyre est aussi un tout petit village dans le désert, Jerash est une ville moderne.

Nous avons visité Jerash à la mauvaise heure aussi, plein midi, nous avons visité vite (à cause du planning de route).

Les vestiges sont très représentatifs de ce qu'étaient une ville romaine, bien conservés ou restaurés. ça vaut la peine, c'est un lieu archéologique très important.

* Um Quais

Une autre ville romaine, beaucoup plus petite. L'intérêt c'est surtout le panorama sur le Lac de Tibériade et la Vallée du Yarmouk. Avec les ruines, et le coucher de soleil, c'est un endroit paradisiaque.

* Petra

Dire que rien que Petra vaut le déplacement. C'est vrai.

C'est un endroit unique au monde, dans la mesure où la création artistique de l'Homme (les Nabatéens en l'occurrence) s'est révélée en osmose avec la spécificité unique au monde du site géologique. Quand on pense qu'on lit que les Nabatéens n'étaient pas sensibles à la beauté de leur environnement et que ce n'est pas dans les moirés de la roche qu'ils trouvaient à s'épanouir artistiquement.

C'est immense. Les sites que tout le monde visitent en une seule journée se trouvent dans la Ville basse. Là pas de problème pour marcher.

Mais une grande majorité des tombes et autres superbes monuments ont été construits, très loin, dans les montagnes qui entourent cette ville basse. Il faut monter des centaines de marches, et grimper des côtes, et marcher sur les cailloux des wadis à sec. Visiter Petra est "fatigant". Rien que parcourir les presque 2 km du Siq, ce long et étroit défilé entre les montagnes, deux fois par jour pour atteindre l'entrée de la ville nabatéenne (c'est à dire le "Trésor").

C'est au retour, quand on rentre vers les 17 hres que la fin du Siq est le plus dur, car ça grimpe !
On parle parfois d'un parcours initiatique. En le parcourant on finit facilement à le croire.

LES GENS

Dès le début j'ai trouvé les Jordaniens sympas.

J'ai eu aussi beaucoup d'occasions de discuter avec des femmes. Soit des Jordaniennes en vacances, soit des femmes d'Arabie Saoudite ou de Dubï en touristes. Je dois dire que cela m'a un peu impressionnée quand je parlais avec des femmes dont je ne voyais que les yeux (femmes de l'Arabie en général). On se demande à qui on parle.

Toutes, il me semblait, avaient très envie de discuter, même en présence de leur époux, ou sans mais toujours accompagnées par un autre repésentant mâle. En général c'est quand je lançais quelques phrases en Arabe que leur intérêt pour moi se manifestait. La conversation ensuite continuait en Anglais. Des femmes érudites, sans aucun doute.

Il est à noter que les Jordaniennes, également sont voilées en très grande majorité, beaucoup plus que ce que les femmes de Syrie. mais la Syrie comporte une communauté Chrétienne beaucoup plus importante ce qui explique cela.

"On ne danse pas parce qu'on est musulmane ! "

Lors d'une fête les hommes dansaient mais les femmes regardaient. Je leur ai posé la question pourquoi ne dansaient elles pas ? Elles m'ont dit : "on ne danse pas parce qu'on est musulmane", jamais en public en tout cas.

LA NOURRITURE

La bouffe n'est pas terrible, J'ai abusé des mezzés, cette série de hors d'oeuvres de légumes fait, pour beaucoup, de purées de légumes à l'huile de sésame, ou de petites salades de tomates/concombres/piments/aubergine. J'en ai tellement mangé, car c'était bien meilleur que les mezzés qu'on mange à Paris dans les restaurants libanais ou encore en bîtes de conserve) que mon intestin a été dérangé.

Les gens mangent énormément question quantité. Au moins c'est ce que j'ai remarqué dans les restaurants. Et tous les repas se ressemblent, presque toujours des buffets : de nombreux mezzés, plusieurs plats de viande rouges et riz, et fruits. Les légumes verts c'est via les mezzés que les Jordaniens les mangent, pas par les légumes cuits et chauds. Je ne parle pas des nombreuses pâtisseries vues en boutiques. mais les pâtisseries se mangent en dehors des repas, jamais en dessert.

J'ai fait abstinence question alcool.. En Jordanie j'ai pu goûter deux petites fois à la bière, pas terrible je trouve, je lui ai trouvé un goût sucré. mais c'était de la bière ! Il y a très peu de Chrétiens, donc pas d'alcool.

VOYAGE ÉCOURTÉ

Petra, je voulais voir la tombe de Sextius Flaventinus, citée dans le guide bleu ! J'ai demandé à un bédouin de me montrer le chemin. Au bout de quelques pas, je me suis tordu la cheville et me suis retrouvée à terre, avec l'impossibilité de marcher. Résultat : fracture du péroné.

Avec mon accident, les gens ont été super sympa avec moi.

Frustrée, je ne l'ai pas été car j'ai vu tout ce que je souhaitais voir de la Jordanie. Un petit seul regret de ne pas avoir pu visiter le Monastère (Al Deir), 850 marches trop difficiles à grimper.

La raison pour laquelle j'ai voulu aller en Jordanie c'était pour voir les sites archéologiques.
Le reste (le désert par 45° et Aqaba avec la même température et l'humidité en plus) c'était la partie obligée du circuit, qui ne me botait pas du tout.

J'ai vu ce que je rêvais de voir.